Les trois plus grandes erreurs concernant l’ordonnance sur les économies d’énergie

Pour que la consommation d'énergie des maisons diminue sensiblement, les propriétaires doivent respecter les règles de l'ordonnance sur les économies d'énergie. Il y a beaucoup de fausses informations qui circulent sur l'ordonnance sur les économies d'énergie. Avec cette ordonnance, le gouvernement a fixé des normes en matière d'économie d'énergie : les propriétaires doivent contribuer à ce que la consommation d'énergie des maisons diminue sensiblement. Mais alors que beaucoup de gens ne savent pas exactement ce qu'il faut faire, certaines erreurs surviennent et certains propriétaires craignent une modernisation coûteuse. Voici les trois erreurs les plus obstinées sur ce point.

Le doute sur la vérification de la mise en œuvre de l'ordonnance sur les économies d'énergie dans la pratique

Les propriétaires ne doivent en aucun cas ignorer les dispositions de l'ordonnance sur les économies d'énergie, car en cas d'infraction, il y a la menace d'amendes parfois sévères. Afin de contrôler l'application de la loi, les autorités compétentes procèdent régulièrement à des contrôles ponctuels. Les rapports d'inspection des systèmes de climatisation et les certificats énergétiques sont vérifiés. Selon la loi, ces contrôles doivent couvrir un certain pourcentage de tous les nouveaux certificats énergétiques et rapports d'inspection émis chaque année. Les exposants de certificats énergétiques sont également tenus de conserver pendant deux ans des copies des certificats qu'ils ont délivrés et de les présenter sur demande à l'autorité de contrôle compétente.

La fâcheuse tendance à penser qu’une rénovation du bien ne vaut pas la peine et qu’il est possible de le fermer immédiatement

Non, la rénovation n'est nécessaire que si la mesure est rentable. En détails, cela signifie en outre que les mesures d'isolation ne doivent pas être utilisées si les dépenses nécessaires ne peuvent être réalisées par les économies réalisées dans un délai approprié. Le délai lui-même n'est pas défini en détail. Dans le passé, cependant, les tribunaux ont décidé que ces rénovations devaient être rentabilisées dans un délai de dix ans. Si tel est le cas, les propriétaires doivent veiller à ce que le dernier étage d'une maison soit isolé de manière à ce que le coefficient de transfert de chaleur ne dépasse pas 0,24 watt/(m²K). Le toit peut également être isolé en conséquence.

L’idée fausse que chaque propriétaire de bien immobilier a besoin d'un nouveau certificat énergétique

L’ordonnance réglemente également le contenu du certificat énergétique. Cependant, tous les propriétaires n'ont pas besoin d'un nouveau certificat. Dix ans à compter de la date de délivrance, ces dossiers sont encore valables :

  • Les certificats de demande d'énergie pour les bâtiments résidentiels
  • Les certificats énergétiques (demande ou consommation) délivrés conformément à l’ordonnance y afférente
  • Quelques certificats énergétiques volontaires délivrés avant 2007. Toutefois, seulement si elles ont été délivrées à l'instigation d'une autorité publique selon des règles uniformes, si elles contiennent des informations sur la demande ou la consommation finale d'énergie et si les principales sources d'énergie utilisées pour le chauffage du bâtiment sont indiquées.
  • Une carte de demande ou de consommation : demande en ligne
  • Un certificat de performance énergétique
Action en expulsion : procédure, durée et coûts
Le contrat de société de construction : la bonne variante pour chaque épargnant

Plan du site